Le nouveau film de Hong Sang-Soo sort aujourd’hui en salles !

décembre 19, 2018 at 6:08 Laisser un commentaire

Le bel Antonio de Mauro Bolognini (1960) au Méliès de Pau

Jeudi 6 décembre je vous donne rendez-vous au cinéma Le Méliès de Pau, pour découvrir Le bel Antonio de Mauro Bolognini.

Réalisé en 1960 par un cinéaste injustement déprécié, ce drame intime déborde peu à peu de son cadre pour devenir une habile critique sociale à l’égard de l’Église et de la bourgeoisie, deux forces du passé qui corsètent encore l’Italie à la veille du boum économique.

Délicat, sensible Le bel Antonio n’en demeure pas moins l’histoire d’un homme tombé amoureux d’un ange. Un être, imaginaire, qui, comme on le sait, n’aurait pas de sexe…

 

 

décembre 3, 2018 at 11:11 Laisser un commentaire

Cinq et la peau de Pierre Rissient (1981) au Méliès de Pau

Jeudi 25 Octobre, j’aurai le plaisir de présenter, au cinéma Le Méliès de Pau, le second et dernier long métrage de Pierre Rissient : Cinq et la peau.

Réalisée en 1981, cette œuvre rare, fascinante et poétique ressort dans une merveilleuse copie éditée par Carlotta.

 

octobre 15, 2018 at 9:54 Laisser un commentaire

Avant que nous disparaissions : Kiyoshi Kurosawa (2018)

Drame, Japon

Réalisation : Kiyoshi Kurosawa
avec Masami Nagasawa, Ryuhei Matsuda, Hiroki Hasegawa

Date de sortie : 14 mars 2018

Distribution : Eurozoom

Depuis Shokuzai, Kiyoshi Kurosawa semble avoir retrouvé le rythme qui fut le sien dans les années 1990, soit celui de deux films par an environ.

Après son expérience française, Le Secret de la chambre noire (2016) et son angoissant Creepy, le cinéaste explore enfin un genre qui lui tenait à cœur : la science-fiction.

Il adapte pour se faire une pièce de théâtre parodique imaginant une invasion extraterrestre particulièrement originale et pour le moins chaotique.

L’homme peut-il être réduit à l’état de brouillon d’une personne, de créatures incomplètes et ou bâclée ?

Je vous laisse découvrir le réponse…

mars 15, 2018 at 12:33 Laisser un commentaire

La caméra de Claire : Hong Sang-Soo (2018)

Comédie dramatique, Corée du Sud

Réalisation : Hong Sang-soo
Avec Isabelle Huppert, Min-Hee Kim, Jang Mi Hee

Date de sortie : 7 mars 2018

Distribution : Jour2fête

Cinq ans après In Another Country (2012) Isabelle Huppert retrouve le cinéaste Coréen, Hong Sang-soo. Un réalisateur si prompt à tourner qu’il nous gratifie d’une à deux réalisation par an, depuis 2008.

Des histoires intimes, faussement naïves, en apparence semblables et pourtant subtilement différents. Des variations. Des déclinaisons.

Tourné l’année dernière à Cannes, pendant le festival, La caméra de Claire (clin d’œil évident à Eric Rohmer) ne déroge pas à la règle. Délicat et aérien, ce film épuré à merveille brille par sa liberté narrative et son apparente simplicité.

Ici trois figures se rencontrent et se croisent par l’entremise de Claire, une quasi bonne fée, mais surtout un personnage qui révèle et qui répare. Entre déambulations labyrinthiques et scènes de discussions largement improvisées, c’est un conte moral qui se dessine.

mars 9, 2018 at 5:49 Laisser un commentaire

Tesnota, une vie à l’étroit : Kantemir Balagov (2018)

Drame, Russie

Réalisation : Kantemir Balagov
Avec Darya Zhovner, Veniamin Kats, Olga Dragunova

Date de sortie : 7 mars 2018

Distribution : ARP Sélection

Premier film d’un jeune cinéaste de 26 ans Testona est une plongée conjuguée dans les communautés juives et kabardes du Caucase du Nord, à la fin des années 90.

Le film s’intéresse à un fait divers qui s’est déroulé dans la ville natale du réalisateur alors qu’il avait 7 ans, et dont le récit, des années plus tard, l’a fasciné par ses répercussions intimes et communautaires.

Si les paysages grandioses du Caucase vous fascinent passez votre chemin. Ici la plongé de cette communauté est étouffante.

L’expression narrative de Kantemir Balagov est pour le moins frontale : un format 1:33 qui augmente la sensation de claustrophobie et une caméra collée à ses personnages qui se glisse dans des pièces toujours trop exiguës.

La vraie force du film est pourtant de s’éloigner du fait divers qui l’inspire pour fixer son attention sur un seul personnage et proposer une radiographie politique de son pays.

mars 7, 2018 at 6:18 Laisser un commentaire

Le meilleur de l’année 2017 en cinéma !

février 9, 2018 at 5:03 Laisser un commentaire

Articles précédents


Articles récents

Archives