Le Moine Sacrilège : Kiyoshi Saeki (1968, HK Video)

septembre 29, 2006 at 12:07 1 commentaire

Pour cette nouvelle chronique cinéma, on reste sur le format DVD et on s’envole de nouveau, du côté du Japon. Au programme, la 3ème et dernière parution du dernier trimestre 2005 des éditions HK Video, à savoir, Le Moine Sacrilège de Kiyoshi Saeki.

Si ni le film, et encore moins son auteur ne vous sont familiers, rassurez-vous, ceci est tout à fait normal. En effet, après le superbe coffret Hideo Gosha, HK Video, s’essaye de nouveau, avec succès, à la restauration du patrimoine cinématographique japonais.

Magnifiquement restauré, Le Moine Sacrilège est tout bonnement le 1er film du réalisateur à traverser nos frontières. Il est aussi son film le plus connu en occident. Longtemps remarqué pour ses films de Yakuza, Le Moine Sacrilège oscille plus franchement en direction du Kung Fu. Un genre loin de faire le bonheur du public japonais plus enclin à préférer le Chambara et le bruit des armes à feu. Le film marqua, malgré tout, son époque avec son personnage de moine peu conventionnel.

Shinkai, moine hédoniste, bâtit comme un ours, aime le jeu, les femmes, la boisson et la bonne chaire. Amoral, bagarreur, provocateur et indiscipliné, il devient très vite un embarras à la fois pour son temple et pour le clan Kito, heureux possesseurs de maisons de jeux et de prostitution où notre moine passe le plus clair de son temps. Mais, tout bascule lorsque, débordé par sa débauche, notre moine sacripant, décide de mettre un terme aux exactions du clan Kito, envers les femmes.

Sortie en 1968, Le Moine Sacrilège, est bien loin d’être un film anecdotique. Historiquement, il constitue l’une des premières apparitions marquantes de Tomisaburo Wakayama, sur grand écran, dans le rôle de ce moine peu orthodoxe, après plus de 200 rôles secondaires. Un acteur qui accéda à la postérité en interprétant, Itto Ogami, le « loup solitaire à l’enfant », héros redoutable de la série Baby Cart (dont le premier volume de cette saga : Le Sabre de la Vengeance fut réalisé par Kenji Misumi en 1972). Déjà vu en France et disponible en DVD (chez HK Video & fraîchement réédité chez Wild Side avant noël), la série Baby Cart, imposait à Tomisaburo Wakayama un jeu d’acteur plus statique, plus lourd, faisant référence à un passé difficile et un code d’honneur samouraï qui ne l’entrave plus dans Le Moine Sacrilège. Quel étonnement et quel plaisir de le voir jouer tant de facettes d’un personnage. Sadique, pervers (il faut le voir séduire une jeune veuve venue le consulter pour un simple réconfort moral), comique mais aussi dramatique. Il donne magnifiquement vie à un personnage attachant, un incontournable de l’univers fantasmagorique du cinéma. Il devient d’ailleurs difficile de ne pas remarquer les liens consanguins entre ce moine excessif et les personnages interprétés par Bud Spencer en Italie au moment où les westerns glissaient insidieusement vers la comédie. A commencer par cette dextérité, hors du commun, à aligner des baffes sur ses adversaires.

Mais heureusement, tout ne repose pas sur cet acteur. Bien au contraire, c’est la construction même du film et le talent du réalisateur qui permettent ces changements de rythmes et d’ambiance. On passe ainsi en un clin d’œil du rire aux larmes, du burlesque au scènes de combat les plus maîtrisées. Cette capacité, tout bonnement hallucinante de la part du cinéaste Kiyoshi Saeki à mélanger les genres, et la formidable utilisation des personnages secondaires, font de se film un œuvre de référence pour le cinéma de genre, et le cinéma Japonais dans son ensemble.

1 DVD (HK Video)

Langues : VO sous titrée uniquement

Bonus : Bande annonce originale (fort endommagée), Filmographie et biographie de Kioshi Saeki et Tomisaburo Wakayama qui est mort en 1992, à l’âge de 62 ans. La simple vue du nombre d’œuvres qui n’ont pas dépassée les frontières japonaises a de quoi rendre malade.

Suppléments : Un texte, sur feuillet cartonné, analyse les particularités de ce film et le replace dans un contexte historique.

Prix : 20 €

Publicités

Entry filed under: Cinéma d'action, Cinéma japonais, Critique. Tags: , , , , , , .

Une Balle Dans La Tête & Les Larmes D’un Héros : John Woo (2004, HK Video) Marebito : Takashi Shimizu (2004, TF1 Vidéo)

Un commentaire Add your own

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Articles récents

Archives


%d blogueurs aiment cette page :