Gantz : Itano Ichiro (2004, Asian Star)

octobre 5, 2006 at 12:07 2 commentaires

gantz-fuji-t1.jpg

Le 22 mai 2006, l’éditeur Asian Star, propriété de Jean-Pierre Dionnet, vient de publier le dernier volet de Gantz, assurément l’une des meilleures séries animées du moment.

Producteur et animateur de l’émission Cinéma de Quartier, sur Canal +, Jean-Pierre Dionnet, s’est intéressé très tôt aux productions japonaises. Défricheur de talents et dénicheur d’œuvres maîtresses du 7ème art, on lui doit l’achat de nombreux films pour l’éditeur Studio Canal. Kitano, Miyazaki, Tsukamoto … en DVD zone2, c’est lui !
Depuis un peu plus d’un an maintenant, Jean-Pierre Dionnet, a décidé de voler de ses propres ailes, en créant sa société d’édition de DVD de cinéma asiatique, dans un marché quelque peu saturé. Avec une dizaine de sorties par trimestre, Asian Star est rapidement devenue un poids lourd du secteur, au grand damne de ses concurrents.
En Novembre dernier, Jean-Pierre Dionnet inaugurait une nouvelle collection, consacrée au cinéma d’animation: Asian Star Anime. 2 séries récentes, de 26 épisodes chacune, étaient alors lancée : Gantz et Samouraï 7, toute deux produites par les Studios Gonzo.

C’est donc Gantz, série adictive par excellence, qui nous intéresse aujourd’hui.
Librement adaptée du manga crée par Hiroyu Oku en 2000 et toujours pas achevé à ce jour, Gantz est un anime d’action qui nous mène au tréfonds de l’âme humaine !

Sur un quai de métro, Keï Kurono, jeune étudiant introverti, assiste impassible aux débattements éperdus, d’un clochard, ivre mort, au beau milieu des rails. Personne ne se décide à aller l’aider. Chacun attendant que quelqu’un d’autre y aille. Tout à coup, dans un geste héroïque, un étudiant, Kato Masaru, plonge et tente de remonter le sdf sur le quai. Mais impossible d’y arriver seul. Désespéré, il cherche de l’aide et croise malencontreusement le regard de Keï. Reconnaissant un ami d’enfance, susceptible de l’aider, Kato insiste. Bien obligé de lui venir en aide, Kei, saute sur les rails et saisit le bras du sdf. Juste le temps de la hisser sur le quai, un métro arrive en trombe et fauche les deux ados qui meurent sur le coup dans un geyser de sang. Tous deux se réveillent alors au beau milieu d’un appartement, du centre de Tokyo, en compagnie d’une poignée de personnes, morte elles aussi dans la journée. Derrière eux trône, sur le parquet une énorme sphère noire appelée Gantz. Une comptine retentit. La sphère s’ouvre et donne à chaque individu une combinaison sur mesure et des armes pour remplir au mieux leur mission : tuer des cibles désignées en un temps décompté. Seuls les survivants à la traque pourront prétendre revenir à la vie. Voilà en quelque lignes résumé, le premier épisode de la série.

Réalisé en 2004, Gantz est une animé intelligente et terrifiante disponible pour la première fois en France et ce dans une version non censurée.

L’extrême violence de la série réalisée par Itano Ichiro, à qui l’on doit les très brutaux Angel Cop, Violence Jack et Ken Le Survivant et la présence de scène de sexes totalement explicites amenèrent la télévision japonaise à amputer la série d’une bonne quarantaine de minute lors de sa diffusion. Gantz est donc bel et bien destiné à un public adulte.

Mais le plus hallucinant dans cette série, c’est sa noirceur et sa misanthropie. Dès le premier épisode, certainement le plus dérangeant, on déambule dans la tête des protagonistes. On subit leurs pensées, leurs désirs. On devient voyeurs malgré nous. Un principe narratif qui permet à l’auteur de passer au crible les travers de notre société et de porter sur elle un regard totalement désespéré. Le développement de l’individualisme ne peut que conduire l’homme à sa perte. En ce sens Gantz est une anime politique de premier rang, dénonçant avec des images fortes et chocs le retour de l’homme vers un état de nature dans lequel l’instinct primerait.

Car ici, les participants à ce jeu bizarre proposé par Gantz n’évoluent pas dans un monde imaginaire ou futuriste mais bien dans notre société contemporaine qu’ils réintègrent pour tuer sur demande des êtres étranges.

Si un scénario complexe, haletant, et une ambiance pessimiste voire malsaine assure à cette animé le statut d’œuvre à part, le code graphique n’est pas en reste. A l’instar de Burst Angel, Gantz est réalisé par les Studios Gonzo connus et reconnus pour deux caractéristiques. La première est un savoureux mélange de plan 3D et2D ce qui offre à la série des plans de caméras stupéfiants et une fluidité à vous scotcher au siège. La seconde plus légère mais tout aussi visible est leur faible pour les armes et les jeunes filles sexy à forte voire très forte poitrine. Je vous laisse imaginer le rendu avec ces fameuses combinaisons ultra moulantes !
Le tout est d’une beauté visuelle rarement atteinte pour une série TV à ce jour. L’éditeur n’a donc pas hésité à ne regrouper que 3 épisodes par DVD. Visuellement, Gantz est une merveille !

Et pourtant, le plus sidérant est l’originalité apportée aux méchants, volontairement proche du ridicule. Le premier à être exterminer est un homme poireaux, suivront des boudas géants….

Jamais, Gantz ne vous laisse souffler, l’intrigue devient de plus en plus tordue, étouffante et violente. Il vous faudra arriver au 26ème épisodes pour dénouer les nœuds de l’intrigue et arriver à une fin différente de celle du manga papier, celui-ci n’étant toujours pas achevé à ce jour.

Des bonus de qualité sont disponibles sur un DVD à part, offert avec le quatrième volume de la série. Chaque volume vous coûtera entre 20 et 25 € pièce.

Publicités

Entry filed under: Cinéma d'action, Cinéma d'animation, Cinéma japonais, Critique. Tags: , , , , , , , .

Street Fighter : Shigehiro Ozawa (1974, HK Video) A l’approche de la Toussaint, redécouvrons Lucio Fulci !

2 commentaires Add your own

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Articles récents

Archives


%d blogueurs aiment cette page :