Daratt, Saison Sèche : Mahamat Saleh Haroun (2006).

décembre 22, 2006 at 2:27 Laisser un commentaire

daratt-1.jpgFilm français, belge, autrichien, tchadien

Réalisateur: Mahamat Saleh Haroun
Avec Ali Bacha Barkai, Youssouf Djoro, Aziza Hisseine

Distribution: Pyramide Distribution

Date de sortie : 27 Décembre 2006

Synopsis: Tchad, 2006. Le gouvernement a accordé l’amnistie à tous les criminels de guerre. Atim, 16 ans, reçoit un revolver des mains de son grand-père pour aller retrouver l’homme qui a tué son père…
Atim quitte son village et part pour N’djaména, à la recherche d’un homme qu’il ne connaît même pas. Il le localise rapidement : ancien criminel de guerre, Nassara est aujourd’hui rangé, marié et patron d’une petite boulangerie…
Atim se rapproche de Nassara, lui fait croire qu’il cherche du travail et se fait embaucher par lui comme apprenti boulanger, avec la ferme intention de le tuer… Intrigué par l’attitude d’Atim à son égard, Nassara le prend sous son aile et lui apprend l’art et la manière de fabriquer du pain…
Une étrange relation se tisse bientôt entre les deux êtres. Malgré sa répugnance, Atim semble trouver chez Nassara la figure paternelle qui lui a toujours fait défaut…

La situation au Tchad
Ancienne colonie française, le Tchad devient indépendant en 1960. Une opposition ancienne entre le nord du pays, majoritairement musulman, et le sud, chrétien et animiste, est alors ravivée. Le chef de l’état, François Tombalbaye, mène en effet une politique autoritaire, qui met à l’écart les populations du Nord, et suscite la rébellion de ces derniers. En 1979, les hommes du Nord prennent le pouvoir par la force, et le pays continue de s’enfoncer dans la violence, à laquelle viennent s’ajouter la famine et la sècheresse.

A l’image de ce pays, le réalisateur nous offre un film âpre, dépourvu de musique où les couleurs de la nature contrastent fortement avec la froideur des sentiments exprimés. judicieusement mis en scène, Daratt se regarde comme un conte philosophique brillant, qui s’imprégnera en vous de manière durable.

Si vous hésitez encore, sachez que Daratt (Saison Sèche) a décroché le Prix spécial du jury à la Mostra de Venise en 2006.
Gage de qualité et d’anticonformisme, ce film est produit par le réalisateur et scénariste, Abderrahmane Sissako, dont le dernier film en date Bamako, est une critique sévère et intelligente du FMI est à découvrir de toute urgence. Certaines salles le programment encore. A toulouse, jettez un coup d’oeil du côté du Cratère.

Critique du film par Olivier Barlet (publiée dans Africulture)

mahamat-saleh-haroun.jpg

Le réalisateur Mahamat Saleh Haroun viendra présenter son film, à Toulouse, au cinéma Utopia, le jeudi 28 décembre 2006.

En attendant sa venue, vous pouvez télécharger ici le 12ème numéro de Klr-Obscur entièrement conscaré au réalisateur. L’intw présentée ici fut réalisée pendant le festival Ciné 32 de la ville de Auch, en Octobre dernier.

Publicités

Entry filed under: Cinéma africain, Cinéma français, Critique, Ecouter, Interview, Radio. Tags: , , , , , , , , , , .

Paul dans sa vie : Rémi Mauger (2006) Bonne année !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Archives


%d blogueurs aiment cette page :