Berlin Alexanderplatz (1980) : Rainer Werner Fassbinder en DVD et sur grand écran !

octobre 25, 2007 at 3:53 Laisser un commentaire

Week-end Berlin Alexanderplatz à La Cinémathèque de Toulouse, le vendredi 26, le samedi 27 et le dimanche 28 octobre. Retrouvez l’intégrale de cette série phare de Fassbinder sur grand écran !

berlin.jpg 

D’une durée hors norme : 15 heures découpées en 14 épisodes (13 épisodes et un prologue pour être précis), Berlin Alexanderplatz n’est pas simplement le film le plus ambitieux du cinéaste allemand Rainer Werner Fassbinder. Il constitue l’obsession d’une vie celle du réalisateur face à l’œuvre de ce medecin devenu écrivain: Alfred Döblin, auteur du roman du même nom publié en 1929, qui inspira cette série. Un livre épais, disponible en poche chez Folio Gallimard et dont l’impact littéraire en Allemagne serait comparable à celui de Voyage au bout de la nuit de Louis Ferdinand Céline, en France. Un roman clef dans l’histoire du cinéma français contemporain puisque c’est en coécrivant en compagnie du cinéaste René Féret une adaptation de ce livre d’Alfred Döblin que Robert Guédiguian fit ces premiers pas dans cet univers. Malheureusement, ce projet ne pu voir le jour, les droits du livre ayant déjà été acquis par un jeune cinéaste allemand, très prometteur.

Tourné pour la télévision entre 1979 et 1980, Berlin Alexanderplatz décrit la vie des bas-fonds de Berlin aux jours sombres de la République de Weimar en suivant le destin tragique de Franz Biberkopf. Un homme qui dès sa sortie de prison (pour le meurtre de sa femme) décide de commencer une nouvelle vie, une vie honnête. Mais la société n’entend pas laisser un homme seul choisir ainsi sa destiné !

Considéré comme sa plus grande réalisation, Berlin Alexanderplatz est une oeuvre moderne, un immense film, fidèle à un immense roman. Tout le monde en convient. Pourtant cette œuvre devient rare. Peu diffusée, oubliée à la mort du réalisateur en 1982, jamais édité en VHS, le film s’abîme, se dégrade.

berlin2.jpg

Peut on laisser mourir et disparaître un tel héritage cinématographique ?
C’est la question que se posa Juliane Lorenz, monteuse de Berlin Alexanderplatz et présidente de la Fondation R.W. Fassbinder. La réponse était évidente : impossible de laisser perdre un élément extraordinaire de l’histoire cinématographique allemande. Aussitôt, elle dirigea le projet de restauration de cette œuvre. Une restauration numérique longue, complexe qui permit de créer pour la première fois une copie fidèle aux choix esthétiques du réalisateur, et de tirer des copies neuves 35 mn ainsi que des masters HD pour la télévision et les DVD. En Allemagne, le film fut diffusé pour la première fois sur la chaîne publique ARD le 12 octobre 1980, à raison d’un épisode par semaine. Une époque où la plupart des téléviseurs étaient encore en N&B, ce qui minimisa la violence picturale du travail de Fassbinder. De plus, tourné en 16mn et en couleurs, le film devait perdre sa lumière si particulière lors de son transfert au format de diffusion télé. Considéré alors comme trop sombre la série fut programmée plus tardivement en soirée, perdant ainsi un public considérable. Peut de personnes ont donc pu assister à l’épilogue de cette série cloturant cette adaptation sur une orgie de séquences délirantes (crucifixion, humains menés à l’abattoir ou combats de rue).
Donc, plus qu’une restauration il s’agit ici d’une véritable redécouverte de cette adaptation radicale de l’oeuvre de Döblin, supervisée par Schwarzenberger, directeur de la photo du film.

Un pari fou qui trouva écoute et appuie en France chez l’éditeur Carlotta films, à qui l’on doit déjà la sortie en DVD et en salles d’une grande partie de la filmographie de R.W. Fassbinder, figure emblématique du nouveau cinéma allemand. Son directeur : Vincent Paul Boncour, décida alors de sortir parallèlement courant octobre Berlin Alexanderplatz dans un prestigieux coffret de 6 DVD facilement disponible contre une cinquantaine d’euros, tout en proposant à des salles de cinéma du secteur non commercial de projeter sur grand écran l’ensemble de cette série phare. Une initiative audacieuse, cohérente avec sa politique d’édition des œuvres du cinéaste, dont le cinéma ne peut qu’en sortir grandi.

R.W. Fassbinder tourne avec une rapidité déconcertante. En l’espace de treize années, il est l’auteur d’une quarantaine de films pour la télévision et le cinéma. Il réveille pour ainsi dire le cinéma allemand des années soixante-dix. Or, si à première vue sa filmographie est d’une grande diversité, elle n’en révèle pas moins une certaine cohérence. Ainsi déclarait-il dans le journal Le Monde du 17 avril 1981 : « j’espère vivre assez longtemps pour réaliser une douzaine de films qui recomposeraient l’Allemagne dans sa globalité, telle que je la vois. Chacun représenterait une étape, même si l’ordre chronologique n’est pas respecté…je cherche en moi où je suis dans l’histoire de mon pays, pourquoi je suis allemand ».
Après Despair (1977), Berlin Alexanderplatz s’attache à nous montrer le visage de la société allemande avant l’arrivée au pouvoir du IIIe Reich.

Mais Berlin Alexanderplatz n’est pas pour autant une carte postale historique de l’Allemagne. C’est une œuvre noire, dense, intense, oppressante, d’une extrême richesse visuelle. Proche du cinéma expressionniste par le jeu très théâtralisé des acteurs (des acteurs et collaborateurs fidèles que le cinéaste a réunis sur ce projet), le rendu des couleurs (très aggressives), de la lumière, Berlin Alexanderplatz apparaît comme une lecture personnelle et radicale du livre de Döblin. Plus qu’un film, c’est une expérience visuelle et sensitive unique, propre à déconcerter encore aujourd’hui.

berlin3.jpg

Un week-end avec Franz Biberkofpt à la Cinémathèue de Toulouse?
Si l’aventure vous tente, La Cinémathèque de Toulouse vous propose, ce week-end, à savoir du 26 au 28 Octobre, dans le cadre du rendez vous Le bonus, le film et le DVD, l’intégrale Berlin Alexanderplatz. C’est un événement, un marathon et une expérience cinéphilique assurément sans égal. A noter qu’il vous sera possible de voir chaque épisode dans l’ordre que vous souhaiter (un résumé étant prévu au début de chaque séance) et rien ne vous oblige à visionner l’ensemble de l’œuvre.

sans-titre.jpgRencontre avec Vincent Paul Boncour, directeur de Carlotta Films et de Natacha Laurent, déléguée générale de la Cinémathèque de Toulouse

Vous pouvez écouter l’émission Klr-Obscur # 03, spéciale Berlin Alexanderplatz en la téléchargeant ici.

[En cliquant sur ce lien, une page Internet MegaUpload s’ouvrira. Entrez les lettres dans la case correspondante, puis faites OK. Ensuite il faut patientez quelques secondes (le temps du décompte). Puis cliquez sur download, et choisissez l’emplacement du fichier mp3 sur votre disque dur.]

Bonne écoute !

Saluons ici une nouvelle fois l’audace de Carlotta qui sortira début Novembre 2007, un magnifique coffret DVD sur le cinéaste Douglas Sirk, dont l’œuvre mélodramatique a fortement inspiré celle de F.W. Fassbinder.

SUPPLÉMENTS DVD
Regards sur le tournage (1980 – Couleurs – 44 mn)
un film de Hans-Dieter Hartl
Un document d’époque exclusif sur le tournage de Berlin Alexanderplatz.
Berlin Alexanderplatz : un film somme et son histoire (2007 – Couleurs – 65 mn)
un film de Juliane Lorenz
Près de trente ans après sa réalisation, une commémoration autour de Berlin Alexanderplatz
agrémentée de nombreux entretiens avec notamment Günter Lamprecht, Hanna Schygulla…
Regards sur la restauration (2006 – Couleurs – 32 mn)
un film de Juliane Lorenz
Où comment Berlin Alexanderplatz a été restauré en Haute Définition.
Un regard inédit sur le film somme de R.W. Fassbinder, complété par de nombreux entretiens.
Exemples de restauration (7 mn)
Un comparatif avant/après restauration.
Galerie de photos
Résumés des épisodes II à XIII (non restaurés) (4 mn)
Les résumés des épisodes précédents, présentés lors des diffusions à la télévision.
Bande-annonce de Berlin Alexanderplatz Remasterisé

Publicités

Entry filed under: Cinéma allemand, Ecouter, Interview, Radio. Tags: , , , , , , .

Le cœur des hommes 2 (2007). Rencontre avec Marc Esposito. Le Pot-au-feu de Mary Meerson : Léone Jaffin

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Articles récents

Archives


%d blogueurs aiment cette page :