Cyprien (2009). Rencontre avec David Charhon.

février 24, 2009 at 2:27 Laisser un commentaire

cyprien2Comédie française

Réalisation : David Charhon
avec Avec Elie Semoun, Léa Drucker, Laurent Stocker

Date de sortie : 25 février 2009

Distribution : Mars Distribution

Synopsis : Cyprien, 35 ans, introverti et maladivement timide, vit en marge de la société. Il passe sa vie entre Dress Code, un magazine de mode où il est responsable informatique, et le cybercafé qu’il fréquente avec ses amis. Cyprien et ses amis font partie de cette génération de geeks, ces adulescents pour qui Star Wars est une religion, qui passent leur nuit sur internet, et vivent leur vie par procuration. Après son licenciement, une miraculeuse transformation s’opère en lui. Grâce à un déodorant magique, Cyprien a devient beau gosse à sa convenance. Désormais, il s’appellera Jack Price et prendra le pouvoir à Dress Code et dans le monde…

Quand le personnage culte des « Petites annonces » débarque sur grand écran, c’est pour subir un relookage complet et nous emmener dare-dare, revisiter les 80’s, époque roi du film pop corn et des joysticks. Timidement déjantée, tendre et nostalgique, cette comédie improbable, biberonnée au cinéma des frères Farelly ravit. Rencontre avec Elie Semoun & David Charhon.

cyprien1

Fan des années quatre-vingt

Comment est née l’idée de porter Cyprien au cinéma ?
Elie Semoun : C’est Arthur, qui m‘a dit que si je devais faire un film avec un personnage des petites annonces, ce serait avec Cyprien, plutôt qu’avec Mikeline. Puis, il qui m’a suggéré de trouver un concept autour de ce personnage : si, tout d’un coup, il devenait très beau ? On est donc parti de cette idée à laquelle je ne croyais pas franchement, pour faire ce film.

La culture geek est venue se greffer après ?
Elie Semoun : C’était une façon de moderniser ce personnage, tout en le plaçant dans une bulle, puisque ces centres d’intérêt, dont l’informatique, en font quelqu’un qui vit en dehors de la réalité. Ces mecs là, vivent leur vie par procuration, à travers Internet, les séries qu’ils y piquent ou les films américains qu’ils regardent en boucle. Ils sont à part.
David Charhon : Il y en a plein de gens comme ça. Et l’intérêt de monter l’univers des geeks, qu’on connaît peu, c’est qu’il répond à des codes très précis. Et comme en parallèle on parlait de la mode, qui a aussi ses codes, je trouvais intéressant de les confronter.

Cyprien est méconnaissable.
David Charhon : C’était toute la difficulté de faire une histoire avec un personnage préexistant. On a donc cherché à le développer pour créer un vrai personnage de cinéma. On voulait le rendre beaucoup plus touchant, créer de l’empathie, une charge émotionnelle qui apporterait de la comédie sachant qu’on allait le mettre dans un univers et des situations qui n’avaient rien à voir avec lui. Donc le Cyprien du film est totalement différent de celui des petites annonces.
Elie Semoun : Il est plus complexe. Il ne parle jamais de cul.

C’est aussi un film sur la différence ?
Elie Semoun : C’est le discours de fin effectivement. On a le droit de vivre notre vie. On est peut être moche, on va peut être manger des pizzas surgelées jusqu’à l’âge de 35 ans chez nos parents, mais on assume.
David Charhon : C’est tout le sujet du film parce qu’à l’heure actuelle, on est dans une société qui valorise la réussite économique ou sociale. Donc c’est un hommage à tous ceux qui n’ont pas envie de ça. En gros des loosers, qu’on aime plus qu’on ne critique pas, parce qu’ils nous ressemblent. Sincèrement, c’est une revanche d’assumer de ne pas vouloir réussir sa vie, mais de s’accepter comme on est. Je crois d’ailleurs que ce qui rend les personnages si touchants, c’est que les acteurs les interprètent avec sincérité. Même si on est dans une comédie, ils ne le prennent pas avec une certaine distance. Ils ne cherchent pas à faire marrer. Ils jouent au premier degré. C’est pour ça que Léa Drucker réussit à rendre crédible son histoire d’amour avec Cyprien. Quant à Catherine Deneuve, elle est parfaite !

Un hommage aux 80’s ?
David Charhon : Avec cette bande de potes fous du cinéma de ces années, on voulait que le spectateur se réfère à ces souvenirs. Il y a donc cette dimension d’hommage à cette pop culture qu’on aimait. Après ces films et ces musiques, c’est toute ma vie.

Publicités

Entry filed under: Cinéma français, Comédie, Critique, Interview. Tags: , , , , , , , .

Le code a changé (2009). Rencontre avec Danièle Thompson. Parlons cinéma … à la radio !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Archives


%d blogueurs aiment cette page :