21e Rencontres Cinémas d’Amérique Latine de Toulouse

mars 17, 2009 at 5:16 Laisser un commentaire

Du 20 au 29 mars, les 21e Rencontres Cinémas d’Amérique Latine de Toulouse enchanteront curieux et cinéphiles de Midi-Pyrénées avec leurs bobines venues de Cuba et du bout du monde. Philippe Courtemanche, nouveau président de l’ARCALT, nous présente, avec passion, ce festival unique et singulier.

21rcalt10x15 Une mémoire cubaine

Quelles sont les spécificités de ces Rencontres ? Philippe Courtemanche : C’est un festival convivial qui reflète la diversité des cinémas d’Amérique latine en projetant plus de 200 films en 10 jours (longs et courts métrages, documentaires et fictions, multimédias, films à revoir, premiers films et documentaires). Cette année en dehors des rendez-vous traditionnels et des compétitions, la programmation s’articule autour 3 axes. Le premier porte sur 50 ans de cinéma cubain. Nous fêterons les 50 ans de l’Institut Cubain de l’Art et de l’Industrie Cinématographique (ICAIC) dont la création, à l’arrivée de la révolution en 1959 a déclenché une nouvelle esthétique cinématographique et a permit l’émergence de nouveaux réalisateurs. Elle constitue l’acte de naissance d’un cinéma national dont l’écriture se poursuit aujourd’hui encore. Cette rétrospective s’achèvera le samedi 28 mars au Gaumont, avec la projection, en soirée de clôture du festival, d’un film cubain récent : El cuerno de la abundancia [La corne d’abondance] de Juan Carlos Tabio. Le second, s’intéresse à un passé plus récent, le Chili des 90’s, après la fin de la dictature militaire de Pinochet. C’est un période de profonds bouleversements. Aux longues années de silence succède une période marquée par une forte tension entre mémoire et oublie, dont les documentaristes rendent compte. Enfin, avec le troisième axe nous poserons un regard curieux sur 10 ans de création de la jeune génération du cinéma argentin. En 1999, nous proposions pour la première fois une section spéciale : « jeunes cinéastes argentins » et nous invitions beaucoup d’entre eux à présenter leurs films. 10 ans après, que sont-ils devenus. Qu’en est-il du cinéma argentin actuel ? A quoi ressemble la nouvelle génération ? C’est donc une mise en perspective que nous proposons.

D’autres temps forts ? Philippe Courtemanche : Une nouveauté, le lundi 23 mars, nous invitons des ambassadeurs d’Amérique Latine, en postes en France, pour visiter la ville et venir débattre, le soir à St Pierre des Cuisines. Sans oublier bien sûr les rendez-vous professionnels, dont Cinéma en construction, que nous avons mis en place depuis quelques années pour créer un pont entre l’Europe et l’Amérique Latine. Nous contribuons ainsi à faciliter la circulation des films latino en Europe, tout en permettant aux œuvres européennes d’être vues en l’Amérique Latine. La soirée Arte est aussi un moment important de ces rencontres avec les professionnels. Arte est un partenaire privilégié qui continue de travailler avec nous. François Sauvagnargues qui est le directeur des fictions de la chaîne sera présent le vendredi 27 mars pour présenter en avant-première, le film argentin Salamandra de Pabla Agüero, avant de la proposer à ses téléspectateurs.

Peut-on parler d’un festival des cultures d’Amérique latine ? Philippe Courtemanche : C’est avant tout un festival de cinéma, mais c’est vrai qu’en périphérie, il y a de la littérature avec de rencontres littéraires cette année, des expositions ou de la musique. Le cinéma est un art très fédérateur. Et puis, on aime faire la fête, c’est un peu notre image de marque. C’est pour cela qu’il y a tous les soirs des concerts dans la cour de la cinémathèque. Ça fait aussi parti du rapprochement qu’on peut avoir avec l’Amérique latine.

A signaler : Le festival propose de nombreuses projections dans plusieurs départements de la région Midi Pyrénées et de sa Périphérie (Corrèze ou Pyrénées Atlantiques).

Ouverture : vendredi 20 mars à la Cinémathèque avec le film argentin Amorosa Soledad [Amoureuse Solitude] de Martin Carranza et Victoria Galardi (en sa présence accompagnée de la pétillante actrice Inès Efron, invitée remarquée des 20e rencontres). La projection sera précédée d’animations de rues avec parades en compagnie des groupes Samba Résille, Blocodaqui, Tierra Del Sol et des marionnettes géantes des Géants du Sud.

Projections : Cinémathèque, Gaumont-Wilson, Esav, Cinéma Le Cratère, Centre Culturel Bellegarde ou ABC/Centre Culturel Alban Minville.

Infos : http://www.cinelatino.com.fr ou procurez-vous son programmes pour connaître les détails de sa programmation, les horaires et les lieux de projection.

Temps forts : Vendredi 20 mars <18h30 – Ouverture <20h30 – Projection en avant première à la Cinémathèque Amorosa soledad de Martin Carranza et Victoria Galardi (Argentine/2009)

Lundi 23 mars <21h00 – Inauguration de Cinéma sans frontière au cinéma l’Autan de Ramonville

Mercredi 25 mars <20h30 – Inauguration de Cinémas en construction à la Cinémathèque

Vendredi 27 mars <21h00 – Soirée Arte, projection SALAMANDRA de Pablo Agüro (Argentine)

Samedi 28 mars <20h30 – Soirée de clôture au Gaumont. Remise des prix. Avant première de EL CUERNO DE LA ABUNDANCIA de Juan Carlos Tabio (Cuba).

Publicités

Entry filed under: Cinéma amérique latine, Cinémathèque de Toulouse, Festival. Tags: , , , , , , .

Coco (2009). Rencontre avec Gad Elmaleh. La première étoile (2009). Rencontre avec Lucien Jean-Baptiste.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Archives


%d blogueurs aiment cette page :