Coco avant Chanel (2009). Rencontre avec Anne Fontaine

avril 22, 2009 at 8:27 Laisser un commentaire

coco-chanelDrame, Biopic

Réalisation : Anne Fontaine
avec Audrey Tautou, Benoît Poelvoorde, Alessandro Nivola

Date de sortie : 22 avril 2009

Distribution : Warner Bros. France

Synopsis : Une petite fille, placée dans un orphelinat avec sa soeur, et qui attend en vain tous les dimanches que son père vienne les chercher. Une chanteuse de beuglant à la voix trop faible, pour affronter un public de soldats éméchés. Une petite couturière destinée à refaire des ourlets dans l’arrière-boutique d’un tailleur de province. Une apprentie-courtisane au corps trop maigre, qui trouve refuge chez son protecteur Etienne Balsan, parmi les cocottes et les fêtards. Une amoureuse qui ne sera  » la femme de personne « , pas même celle de Boy Capel. Une rebelle que les conventions de l’époque empêchent de respirer, et qui s’habille avec les chemises de ses amants. C’est l’histoire de Coco Chanel, femme moderne avant de l’heure.

Classieux et élégant, Coco avant Chanel est un superbe livre d’images, sur le devenir d’une jeune styliste en rupture avec les codes de son époque. Portée par une mise en scène sobre et des acteurs formidables, cette aventure romantique se déguste avec tendresse. Rencontre avec Anne fontaine et Audrey Tautou.

coco-chan1

Un portrait de femme

Comment est-ce qu’on s’attaque à un mythe comme Coco Chanel ?
Anne fontaine : Ce n’est pas aisé et je ne voulais surtout pas réaliser un biopic classique qui aurait condamné d’emblé ce projet à l’échec, ni faire un film explicatif d’une époque. J’ai donc choisi de m’intéresser à une période un peu mystérieuse de sa vie, celle de ces années de formation et de jeunesse qui la conduiront jusqu’au début de sa gloire. C’est la période de sa vie où cette femme du début du siècle va découvrir sa vocation, où elle va inventer sur elle-même toutes les prémices de son futur style, où elle va en même temps connaître deux hommes qui font changer son destin. Donc on découvre ce personnage de l’intérieur. On voit cette jeune femme d’origines modeste qui rêvait à tout sauf d’être la grande styliste qu’elle a été.

Qu’est ce qui vous a fasciné chez elle ?
Anne fontaine : Son destin d’autodidacte, sa singularité qui l’a conduite a inventé une façon de vivre, sa modernité, son androgynie ou son ambiguïté sexuelle. Tout cela a contribué à faite d’elle un précurseur du féminisme.
Audrey Tautou : C’est sa personnalité hors du commun. Cette femme venue d’un milieu misérable, à une époque où le statut de la femme n’était pas enviable et qui n’a eu face à elle que des obstacles a su exister par sa détermination, son caractère, son intelligence et sa lucidité. Ce désir d’indépendance et de liberté a fait d’elle une femme exceptionnelle.

Comment se glisse t-on dans ce rôle ?
Audrey Tautou : Tout en conservant l’image mythique de Chanel, je souhaitais apporter mon interprétation à ce personnage. Elle a de grandes caractéristiques que beaucoup connaissent : sa dureté, son autorité, sa façon de se tenir ou de fumer. Donc, avec Anne Fontaine, nous avons choisi, de ne pas nous satisfaire d’un travail de mimétisme ou d’imitation. Si les costumes sont importants, nous avons essayé de mettre en valeur sa nature, sa profondeur et son tempérament. Il fallait montrer que même dans sa prime jeunesse, elle avait déjà cette force de caractère.

coco-chan2

Seule Audrey Tautou pouvait incarnée Coco?
Anne fontaine : C’était effectivement l’actrice rêvée. Heureusement, elle n’a pas exactement le même caractère que Channel, mais j’ai été troublé par leur ressemblance. J’avais besoin de l’incarnation absolue de Coco et quand je l’ai rencontrée j’ai senti de suite qu’il y avait une fusion possible entre l’actrice et son personnage qui serait formidable. Je crois que sans elle ce projet n’aurait pas eu d’avenir. D’ailleurs, je ne voyais qu’elle et je n’ai vu qu’elle pour le rôle. Parce que pour jouer Channel il fallait cette finesse naturelle, cette violence intérieure et ce regard clinique.

Pourquoi Benoît Poelvoorde ?
Anne fontaine : Il s’est imposé un peu moins vite qu’Audrey. J’avais déjà travaillé avec lui sur Entre ses mains mais ce n’ai qu’en développant le scénario que j’ai pensé à lui. Je me suis dit très vite qu’il pourrait être formidable en face de Gabrielle Chanel. Il était à mes yeux le seul à pouvoir combiner l’humour, l’émotion, la complexité et la séduction de cet aristocrate fantasque. On n’a pas l’habitude de le voir dans un rôle comme celui-ci au cinéma.

Le film bénéficie d’un rapport au temps très particulier. Pourquoi ?
Anne fontaine : Ce que je trouvais intéressant, c’est d’être extrêmement précis sur les sentiments qu’elle traverse, finalement elle commence dans un petit beuglant à Moulin, puis elle va avoir l’occasion de faire basculer sa vie en allant vivre dans un château. Et le plus intéressant dans ce château, c’est que le temps s’est dilué. Parce qu’au fond, elle y est restée assez longtemps. C’est là que son regard s’est aiguisé, a démodé le monde dans lequel elle vivait et a changé la femme qu’elle était. Donc je ne voulais pas d’un rapport naturaliste au temps au sens jour 1, jour 2…Mais on sent quand même que le temps passe : il y a une évolution très précise des coiffures, de la façon dont petit à petit elle devient de plus en plus belle. Au début, ce n’état qu’une petite campagnarde un peu mal dégrossie, un peu frustre, pas éduquée, sans élégance particulière mais avec déjà cette ambition. Elle dit qu’elle ne veut pas rester là où elle est, mais qu’elle rêve à un avenir.

coco-chan4

Il y a une absence de la société extérieure. On reste cantonné dans un milieu de privilégiées. Pourquoi ?
Anne fontaine : Je ne voulais pas faire un film explicatif sur tout une époque, je pense qu’il fallait la voir à travers ses yeux, parce que le monde de cet aristocrate un peu dégénéré avec ces fêtes un peu fin de siècle, les voyages qu’elle va faire avec Boyd, font que le film est vécu uniquement à travers son point de vue. Tout est filmé à travers sa perception.

Il y a un travail sur la lumière, la nature ou les intérieurs qui est très beau et très poussé. Tout ce travail de matière, de texteure semble servir de contrepoint au personnage de Coco ?
Anne fontaine : C’est très important quand on fait un film sur Channel que tout l’environnement, les paysages, les décors, les costumes infléchissent et inspirent ce qui sera son style d’une certaine façon et qu’ils aient une forme de beauté particulière. J’ai eu la chance de travailler avec un chef opérateur belge, talentueux, qui a travaillé avec Patrick Chéreau, il s’appelle Christophe Beaucarne. On a regardé ensemble de la peinture, des film d’époque pour dire ce qu’on aimait ou pas, parce qu’on voulait quelque chose d’intemporel et moderne. On ne voulait pas d’un film d’époque qui fasse vieux. Il y a plusieurs façons de montrer une époque différente et j’ai toujours pensé qu’il fallait lutté contre le symptôme du film d’époque illustratif, qui a force de vouloir être parfait s’aseptise. Là, les paysages sont très importants parce que c’est une femme qui a vécu enfermée dans une chambre de bonnes, dans un petit magasin où elle était couseuse, dans le beuglant et lorsqu’elle elle va voir ces paysages, le ciel, Deauville ou ces fêtes, elle va respirer. C’est cela qui va l’inspirer. Or, il ne fallait pas être dans la surenchère, car la base même de son style c’est le dépouillement.

C’est un film plus sur le féminisme que sur la mode ?
Anne fontaine : La mode ne m’intéresse pas beaucoup. C’est pour cela que j’ai choisi de parler de l’itinéraire de cette femme, qui par sa force de caractère exceptionnel, réussit à braver les conventions de son époque, pour être la première femme moderne. Ce qu’elle aimait, ce qu’elle réussit à trouver, c’est finalement une façon de se mouvoir en libérant le corps des femmes qui jusque là était aliénés dans des corsets, dans des vêtements extrêmement asphyxiants. D’une certaine façon, elle a été l’anticipatrice non idéologique du féminisme.
Audrey Tautou : Elle a exprimé sa singularité par le vêtement en le rendant tout sauf accessoire. Anne a eu cette incroyable compréhension de sa psychologie et je pense que le fait que soit une femme qui réalise ce portrait était encore un plus. Car, si beaucoup d’hommes peuvent comprendre son vécu, seule un femme pouvait le ressentir.

Vous aller incarner de nouveau Coco Chanel pour une publicité de parfum ?
Audrey Tautou : C’est déjà fait. Mais cette double interprétation est un pur hasard. Ce n’est pas lié au film. C’est une coïncidence ! Elle est tournée par Jean-Pierre Jeunet et elle sortira le 5 mai.

Après avoir remplacée la pipe de l’exposition Jacques Tati, par un moulin pour enfants, Métrobus, la société qui gère les affichages de la RATP, s’en prend aujourd’hui à l’affiche du nouveau long métrage d’Anne Fontaine, Coco avant Chanel. La raison : on y voit Audrey Tautou une cigarette à la main.
Les producteurs du film sont furieux et ont, pour l’instant, refusé de proposer une affiche de remplacement.
Publicités

Entry filed under: Cinéma français, Critique, Interview. Tags: , , , , , , .

Duel (1971) de Steven Spielberg au cinéma le Rex à Blagnac ! Romaine par moins 30 (2009). Rencontre avec Agnès Obadia.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Archives


%d blogueurs aiment cette page :