Fais-moi plaisir ! (2009). Rencontre avec Emmanuel Mouret.

juin 23, 2009 at 9:32 2 commentaires

Fais-moi plaisir !Comédie, France

Réalisation : Emmanuel Mouret
Avec Emmanuel Mouret, Judith Godrèche, Frédérique Bel

Date de sortie : 24 juin 2009

Distribution : Pyramide Distribution

Synopsis : Ariane est persuadée que son compagnon Jean-Jacques fantasme sur une autre femme. Pour sauver son couple, elle lui demande d’avoir une aventure avec celle-ci, pensant qu’il s’agit du meilleur remède pour le libérer. Lorsque Jean-Jacques se rend chez cette femme qu’il connaît à peine, il ne sait pas encore qu’il s’agit de la fille du Président de la République…

Avec Fais-moi plaisir!, Emmanuel Mouret s’entoure de trois comédiennes de charme pour un badinage sentimental élégant et délicieusement burlesque. Rencontre avec Emmanuel Mouret et Judith Godrèche.

Fais-moi plaisir 1

Papillonnage amoureux

Comment est née l’idée de cette mise en forme très burlesque et faussement naïve ?
Emmanuel Mouret : La plupart des films que j’ai réalisés précédemment étaient des comédies de dialogue. Or, j’aime le burlesque, c’est un genre qui me touche, d’autant plus qu’il m’a donné le goût du cinéma et l’envie d’en faire mon métier. Là, j’avais la volonté de mêler une comédie de dialogues avec un humour plus visuel, plus gestuel. Il y a longtemps que je rêvais de réaliser ce genre de gags comme celui de la braguette ou de l’électrocution. C’était un rêve de gosse. Donc effectivement, ce film a quelque chose de plus physique que ce que j’avais fait jusque là.

On pense à Jacques Tati …
Emmanuel Mouret : En effet parce que Tati fait parti de mes cinéastes préférés. Il y a toujours eu quelque chose qui est de l’ordre de la féerie dans son cinéma, avec à la fois quelque chose qui colle au monde dans le lequel on est, et ce petit truc en plus. Mais on pourrait aussi citer Buster Keaton, Jerry Lewis ou Blake Edwards. C’est à cause d’eux que j’ai commencé à jouer dans mes films parce que j’aimais l’ironie et la complicité que ça provoquait chez le spectateur. Mais au final, ce film a tous les ressorts d’une comédie sentimentale. Je voulais surtout qu’il soit drôle tout en ayant une tenue, une certaine forme d’élégance et le burlesque permet cela. D’ailleurs j’aime bien le définir comme un film d’humour et d’amour ! J’aime bien le mot « humour » parce qu’il n’est pas trop loin du mot « amour ».

Peut-il être lu comme un conte intemporel?
Emmanuel Mouret : Pourquoi pas. Dans la mesure où je ne cherche pas à faire du réalisme social, je peux me permettre de jouer avec les décors, les costumes et donc les époques. L’intérieur de l’appartement de la fille du président est pensé comme un endroit ludique, très singulier, voire féerique avec ces créations d’art contemporain. Après si effectivement ce devait être un conte, il se rapprocherait d’Alice au pays des merveilles, avec cette entrée dans un monde mystérieux, ces voyages que l’on fait à travers ces portes souterraines et dérobées. Il peut aussi se lire comme une fable, avec une morale qui pourrait être «qui croyait prendre est pris».

Fais-moi plaisir 3

La musique semble choisie avec beaucoup de soin ?
Emmanuel Mouret : C’est la partie qui a été le plus compliqué pour ce film, parce que je voulais que chaque ambiance musicale donne un ton au film. Il ne s’agissait pas ici de faire une simple compilation. Il fallait un cohérence, c’est pour cela que me suis amusé à glisser du Haendel, mais aussi Offenbach ou des choses plus easy listening qui collent bien à la scène de la réception comme Roger Roger. Mais il y a beaucoup de couleurs musicales. On y entend même quelques notes d’accordéon. Et par ici ou là on s’est amusé à y glisser une musique originale.

Pourquoi choisir Judith Godrèche ?
Emmanuel Mouret : Il y a longtemps que je rêvais de travailler avec elle. C’est quelqu’un de très élégant et surtout de très dôle qui en plus n’a peur de rien. Mais peu de gens connaissent ce potentiel. Donc j’ai tout de suite pensé à elle pour incarner la fille du président avec toute sa fantaisie et sa classe. Car elle peut jouer cette femme débordant de désir sans une once de vulgarité. Elle a d’ailleurs amené son personnage bien au delà de ce que j’imaginais.

Pourquoi avoir accepté ce rôle ?
Judith Godrèche : J’aime son cinéma et c’est très épanouissant de jouer avec lui. Car j’ai été longtemps divisé entre cinéma d’auteur et comédie. Or, j’aime énormément le cinéma d’auteur, j’en viens, mais j’ai aussi un côté clownesque. Et Emmanuel Mouret est le seul qui réussit à réconcilier ces deux parties de moi-même. Je n’ai donc pas eu à choisir entre ces deux aspects de ma personnalité. C’est d’autant plus agréable qu’en France, les comédies sont souvent très lourdes, ce qui n’est pas le cas avec lui. Ces films sont toujours légers et pétillants.

Fais-moi plaisir 2

Vous pensez que tromper avec le consentement de l’autre peut sauver un couple ?
Emmanuel Mouret : Dans le film je ne suis pas prononcé pour une réponse à cette question. C’est plus le personnage de ma compagne qui propose cela comme un remède. Après, c’est un remède qui a des conséquences inattendues et cocasses. Cela dit, c’est vrai qu’un couple est nécessairement confronté, à un moment donné, à un désir extérieur. Et c’est un peu ce qui arrive à mon couple dans cette histoire. Et Là, il est vrai, cette initiative est présentée comme une très bonne solution, en soi. La seule chose c’est que rationnellement, se serait une très bonne solution, mais entre la rationalité et la réalité c’est tout autre chose.
Judith Godrèche : Je ne crois pas tellement aux formules et aux généralités comme solution. Chacun gère ce problème comme bon lui semble. Si cette solution vous semble convaincante laissez tenter. Cela dit j’émettrais quelques réserves à son égard.

Quels sont vos projets à venir ?
Judith Godrèche : J’ai réalisé mon premier film qui devrait sortir sur les écrans d’ici la fin de l’année sous le titre, Toutes les filles pleurent.

interligne

Drôle et inattendue, Fais-moi plaisir!, est une comédie absurde délicieusement décalée prenant l’amour comme prétexte à l’humour. Si Emmanuel Mouret reprends ici ses thèmes fétiches : le désir, le charme, l’élégance, la maladresse ou la naïveté, il les double d’une pointe de burlesque du meilleur effet, laissant ainsi le plaisir des mots s’étoffer d’un savoureux comique de gestes. Des gags déjà vus certes mille fois au cinéma, mais dont la relecture, tout en autodérision, par Emmanuel Mouret lui-même est un vrai bonheur. Ajoutez trois sublimes actrices, un décor oscillant entre le féerique et le grotesque, des situations rocambolesques et une absence totale de sérieux pour que ce faux conte moral se révèle aussi détonnant que jubilatoire.

Publicités

Entry filed under: Cinéma français, Critique, Interview. Tags: , , , , , , , .

Programme et horaires du cinéma ABC 13e édition du Festival Résistances, du 3 au 11 juillet 2009

2 commentaires Add your own

  • 1. bill  |  janvier 10, 2010 à 9:37

    Un navet! je nai ri à aucun moment, juste navré. Je crois aussi que je suis allergique au jeu d’Emmanuel Mouret. 0.

    Réponse
  • 2. gregoriana  |  mai 23, 2010 à 11:32

    @ bill.
    Chez nous on dit «celui qui le dit, c’est lui qui l’est». Le navet, c’est vous ! Fais-moi plaisir, que j’ai vu hier, est un film extraordinaire et rafraîchissant comme je n’en ai pas vu depuis longtemps. Moi qui ne ris jamais au cinéma, je me suis esclaffée à plusieurs reprises devant ce délicieux mélange de comique burlesque et d’élégance. Bravo à Emmanuel Mouret qui est vraiment un grand artiste !

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Archives


%d blogueurs aiment cette page :