13e édition du Festival Résistances, du 3 au 11 juillet 2009

juillet 1, 2009 at 2:33 Laisser un commentaire

Formidable antidote contre la morosité et l’uniformisation de la pensée, le Festival fuxéen Résistances, propose, du 3 au 11 juillet 2009, un cinéma citoyen et engagé. Projections, débats et rencontres rythment ce rendez-vous estival unique, soucieux de poser un regard critique sur le monde.

Alternatives éclairées

Résistances 2009Voilà 13 ans que cette manifestation culturelle dédiée au cinéma de prise de conscience et d’invention des possibles aiguise les esprits. «On ne va pas trouver dans Résistances de films porteurs d’une idéologie, explique Gwladys Déprez coordinatrice communication du festival, il faut vraiment s’enlever cette idée de la tête. Ce sont des films visuellement soignés, qui questionnent la société, qui résistent au formatage et au conformisme ». Un point de vue que confirme Valérie Guillaudot, coordinatrice du festival : « Ce qu’on veut faire passer, c’est le regard des réalisateurs, c’est pour ça qu’on est avant tout un festival de cinéma ».
Aucun doute, le festival annoncé pour mort en 2006, suite au départ de ces fondateurs, a su renaître de ses cendres et conserver la même volonté de constituer un espace de débat, d’émulation et de rencontres dans un département rural à l’histoire sociale mouvementée. Pourtant, il s’agit bel et bien d’un festival neuf, plein de promesses et soucieux de s’ouvrir à l’ensemble de l’Ariège. « Il y a 3 ans Résistances a été repris par un collectif qui ne voulait pas le voir disparaître. Aujourd’hui, plus de 35 bénévoles on repris le flambeau, et l’organisent à l’année, de manière collective. On ne voulait pas une rupture avec l’ancienne équipe, explique Gwladys. C’était une ligne éditoriale sur laquelle on se retrouvait tous. On a juste amené un fonctionnement plus collectif et des films plus optimistes qui soient force de propositions plus que constats amers».

30 réalisateurs invités pour une édition phare
Forte du succès de l’année passée, cette 13ème édition décline 4 thématiques, nourries de projections dont ¾ de documentaires et de rencontres pour aboutir à 6 débats. Ouverture des hostilités les 5 et 6 juillet avec Murs et frontières. «On aborde la question de l’immigration, explique Valérie Guillaudot, avec l’idée qu’on vit dans des sociétés qui se renferment sur elle-même et qui montent des murs pour éloigner ceux qui la gène. On a reçu un grand nombre de films venus du monde entier. Ce sont des œuvres récentes sur le parcours des migrants qui nous transportent dans l’intimité de ces personnes ». Deux débats ponctueront cette thématique : « Prison toujours plus » et «Immigration : la citadelle occidentale». Le 6 et 7 juillet, Arts pouvoir et contestation, se veut un voyage temporel et géographique à la rencontre d’artistes engagés et d’oeuvres anticonformistes. C’est l’occasion de suivre des artistes et des formes artistiques qui réfléchissent sur le monde, qui s’engagent ou qui militent, avant de se demander « où se joue la contestation entre l’art et l’artiste ?». Les 8 et 9 juillet, Science sans conscience, analysera l’enjeu des nanotechnologies en corrélant progrès, science, santé, intérêt économique et démocratie, pour trouver un juste équilibre entre « raison et déraison des nanotechnologies». Enfin, les 10 et 11 juillet, « Bonheur intérieur brut » contre PIB, interrogera la notion de richesse en envisageant d’autres indicateurs de satisfaction que le PIB. L’occasion de remettre en cause notre modèle économique et d’aborder la notion de bonheur à travers des films ethnologiques. Deux questions concluront cette thématique : «Connaissez-vous le produit intérieur doux ? » et « Le matérialisme en miettes ? ».

Résistances, c’est aussi des avant premières, dont L’armée du crime, nouveau long métrage de Robert Guédiguian, diffusé en ouverture du festival ou Le roi de l’évasion d’Alain Guiraudie que le réalisateur viendra présenter en personne. Sans oublier une mise à l’honneur du cinéma asiatique tous les jours à 18h00 et des apéro concerts sous chapiteau. Enfin, cette année l’organisation a souhaité étoffer sa programmation jeune public en proposant, le matin, des projections quotidiennes articulées autour d’un projet pédagogique destiné à sensibiliser les enfants et à les initier aux secrets du cinéma. Des discussions autour de conte, des démonstrations de techniques d’animation, et des séances d’éducation à l’image, ludiques sont prévues. Toutes ces projections se dérouleront à l’Estive où un accueil gratuit sera organisé pour les 3/10 ans. Devenez « spect-acteur » !

Publicités

Entry filed under: Documentaire, Festival, Interview. Tags: , , , , .

Fais-moi plaisir ! (2009). Rencontre avec Emmanuel Mouret. No Pasaran (2009). Rencontre avec Eric Martin et Emmanuel Caussé.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Archives


%d blogueurs aiment cette page :