Jeannot l’intrépide : Jean Image (1950, Carlotta)

février 10, 2010 at 9:51 2 commentaires

Film animation français

Réalisation : Jean Image

Date de sortie : 13 décembre 1950

Date de reprise : 10 février 2010

Distribution : Carlotta

Synopsis : Le petit Jeannot et ses frères se perdent dans la forêt. Après un voyage semé d’embûches, ils sont capturés par un ogre qui les rapetisse…

Merveille d’intelligence et d’inventivité graphique, Jeannot l’intrépide reprend vie devant nos yeux ébahis, aussi frais et envoûtant que lors de sa réalisation par Jean Image en 1950. Une gageure pour ce père de l’animation française qui confectionnait ses dessins animés comme une œuvre d’art divertissante.

Le voyage fantastique

Premier dessin animé long-métrage en Technicolor, du cinéma français, Jeannot l’intrépide, surprend par la beauté de ses couleurs et la fluidité de son animation. Injustement oubliée des œuvres phare du 7ème art hexagonale, cette prodigieuse féerie réalisée en dix-huit mois, pour un budget modeste constitua pourtant, à son époque, une extraordinaire révolution. Si outre-Atlantique, Walt Disney était déjà à l’origine de quelques chefs-d’œuvre reconnus dont Blanche-Neige et les sept nains (1937) ou Cendrillon (1950), il aura fallu attendre le triomphe de la technologie et de la 3d pour replonger, soixante ans après, dans cette bulle de rêve et d’innocence conçue par un génie du crayon né à Budapest. Jean Image (Im+Haj), de son vrai nom Imre Hadju, arriva en France en 1936 pour réaliser des dessins publicitaires. Introverti à l’imaginaire fertile, il songea bien vite à mettre en scène ses rêveries d’enfance. Conscient que jamais il ne pourra concurrencer les très coûteuses productions de Walt Disney qu’il admirait, il chercha plutôt à s’en démarquer en réalisant des dessins animés populaires, divertissants et accompagnés d’un message pédagogique. C’est en relisant Le Petit Poucet de Charles Perrault, qu’il trouva le point de départ de Jeannot l’intrépide, et l’ouverture de cette aventure fantastique. Une forêt, 7 petits garçons, dont Jeannot le plus petit d’entre eux, décide de combattre l’ogre qui les menace, du haut de son château. Mais équipé d’une infernale machine qui réduit ses victimes à la taille de demi portion, le bête se joue de notre petit poucet qui se retrouve seul, plongé dans l’univers mystérieux des insectes.

Insectville
Des couleurs vives et chatoyantes, des dialogues réduits à l’essentiel, des textes chantants composés par une plume experte qui fait sonner les mots, une pointe d’humour, de poésie et de pédagogie, le tout porté par une animation éblouissante qui vous happe et vous voilà emporté, tel Jeannot, dans l’univers si personnel de Jean Image. Ce passionné d’insectes, qui dévora les livres de Maeterlinck sur La vie des abeilles ou La vie des fourmis, et passa tant d’heures, enfants, les coudes visés au sol à les observer, délaisse bien vite la compagnie de Charles Perrault, pour enfiler sa casquette d’entomologiste. Dès lors, Jeannot l’intrépide prend des airs de film animalier. Porté par ses valeurs de courage, de bravoure et d’intrépidité, notre Robin des bois miniature, découvre le monde du minuscule et son fonctionnement. Jean Image s’amuse alors à reproduire avec précision la vie trépidante d’une microsociété ou à en humaniser une autre. On apprends ainsi comment les abeilles récoltent le pollen ou comment bourdonne une ville. Entre conte, comédie, cape et épée ou documentaire, Jeannot l’intrépide, distille des informations simples pour éveiller l’esprit de curiosité des enfants. Évoluant dans l’ombre de Walt Disney, mais moins radical et moins reconnu aujourd’hui que Paul Grimault, Jean Image propose un cinéma populaire, élégant et créatif. Il a su enrichir et défendre un genre qu’il voyait comme un art et un moyen de délivrer des messages. Une démarche qu’il poursuivit à la télévision.

Publicités

Entry filed under: Carlotta, Cinéma d'animation, Cinéma français, Critique. Tags: , , , , , .

Exterieur, nuit de Jacques Bral à l’Institut Lumiere de Lyon Les Chaussons Rouges de Michael Powell en salle le 7 avril 2010

2 commentaires Add your own

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Archives


%d blogueurs aiment cette page :