Le dernier été de la Boyita : Julia Solomanoff (2010)

septembre 14, 2010 at 12:11 Laisser un commentaire

Éveil dramatique, Argentine

Titre original : El Ultimo Verano De La Boyita

Réalisation : Julia Solomanoff
avec Guadalupe Alonso, Nicolas Treise, Mirella Pascual

Date de sortie : 08 septembre 2010

Distribution : Epicentre Films

Révélé lors des dernières Rencontres Cinémas d’Amérique Latine de Toulouse, où il obtint le Prix du public, Le dernier été de la Boyita, sort enfin sur nos écrans. Intimiste autant qu’inventif, rarement la fin de l’enfance n’avait eu si bel et si délicat écrin.


Dès l’ouverture, le générique, magique, nous immerge dans le monde de l’enfance, celui de Jorgelina. Une petite caravane, une Boyita en papier découpé, identique à celle dans laquelle elle se réfugie, navigue au beau milieu de manuels techniques et de plages anatomiques qui illustrent les livres de médecine du père des deux fillettes. Deux sœurs qui avaient l’habitude de partager les mêmes jeux jusqu’à ce que l’adolescence les sépare. Mise à l’écart, la plus jeune, Jorgelina, part en vacance à la campagne avec son père. Elle y retrouve Mario, le fils des paysans voisins, un garçon blond un peu plus vieux qu’elle, et ensemble, ils vont s’éveiller à l’âge adulte et découvrir les mystères de leur identité sexuelle. Qu’est ce qui fait que l’on est une fille ou un garçon ? Naît-on homme ou femme ? Quelle importance a la puberté ? Voilà les questions qui ont préexistées à la naissance de ce film dans la tête de la toute jeune Julia Solomanoff alors âgée de 11 ans, après une bribe de conversation volée entre une mère gynécologue et un père psychiatre. Elle ne consacra pourtant que sa seconde réalisation à ce sujet ambitieux. En 2005, cette assistance de Walter Salles trouve déjà, avec Hermanas, un ton, celui de « l’intime », qu’elle accentue fortement dans Le dernier été de la Boyita, qu’elle produit, écrit et réalise. Elle décide ainsi de filmer en HD et de s’entoure d’une équipe réduite pour plus de proximité et d’instantané avec les enfants.

Une question d’intimité.
Elle n’en laisse pas moins une large place à une nature enchanteresse et à ces grands espaces de l’Argentine, magnifiés ici par la photo de Lucio Bonelli. Avec ces cadrages larges, son rythme apaisé et sa lumière évanescente Le dernier été de la Boyita dépayse et enivre. Une sensation accentuée par la méticulosité dont fait preuve Julia Salomonoff pour rendre compte des tâches quotidiennes effectuées par les paysans et de la rudesse des rapports humains. La scène de la découpe de la viande, moment éminemment initiatique pour Mario prend ainsi des airs de documentaires. De même, lors des discussions en l’intérieur, la caméra se rapproche au plus près, elle s’immisce, ausculte et capte l’intime. L’intimité, maître mot de ce film et notion qui exclut, pour l’heure, Jorgelina. Julia Salomonoff illustre avec beaucoup de délicatesse et de liberté le point de vue de sa jeune héroïne confrontée à une situation qu’elle ne maîtrise pas encore: la puberté et les troubles de l’identité sexuelle. Avec cette même douceur, elle aborde la question de la découverte du corps via de subtils indices (la mue d’un serpent par exemple), la préadolescence, les rapports de classes, de sexes ou de séduction.
Porté des acteurs saisissants de réalisme et de naturel, Le dernier été de la Boyita fait fi de toute niaiserie ou surenchère, pour offrir une œuvre maîtrisée, pudique, résolument féminine et troublante sur la différence. C’est la chaleur estivale de ces après midi d’enfance qui renaît devant ces images. Un moment merveilleux où le temps s’arrête devant le bonheur idyllique mais passagé de Jorgelina et Mario.

Publicités

Entry filed under: Cinéma amérique latine, Critique. Tags: , , , .

Otar Iosseliani et Patricio Guzman bientôt à Toulouse Ao, le dernier Neandertal (2010). Rencontre avec Jacques Malaterre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Archives


%d blogueurs aiment cette page :