Aladin et la lampe merveilleuse : Jean Image (1969)

février 9, 2011 at 10:25 7 commentaires

Animation, France

Réalisation : Jean Image
Avec Gaston Guez, Henri Virlogeux, Claire Guibert

Date de sortie : 9 février 2011

Distribution : Carlotta Films

Après Jeannot l’intrépide, Carlotta Films exhume une nouvelle merveille du pionnier de l’animation française : Jean Image. Aussi féerique qu’euphorisante, cette libre relecture d’un des plus célèbres contes des Mille et une nuits, enchante par sa poésie graphique et l’éclat de ses couleurs somptueuses.

« Le monde du dessin animé est celui de notre imagination » proclamait Jean Image (de son vrai nom Imre Hajdu). Né à Budapest (Hongrie) en janvier 1910, ce génie du crayon arriva en France en 1936 pour confectionner quelques dessins publicitaires, avant de façonner, en 1950, le premier long métrage français d’animation en technicolor : Jeannot l’intrépide. Admirateur discret de Walt Disney (qu’il rencontra au festival de Cannes en 1953) Jean Image comprit très vite qu’il n’obtiendrait jamais les budgets équivalents pour ses productions. Loin de se décourager, il fonda sa propre société : les Films Jean Image et conçu des œuvres plus modestes. Il produisit alors des divertissements populaires, au souci pédagogique certain, que la critique de l’époque s’empressa de qualifier de mièvrerie. Un constat amer et blessant qui, aujourd’hui, vole en éclat devant la redécouverte d’un imaginaire si riche et attachant. Il suffit, pour s’en convaincre, de plonger dans l’univers féerique d’Aladin et la lampe merveilleuse. Une aventure fabuleuse qui débute dans l’oeil d’un Sphinx, où à l’insu de tous réside le laboratoire du Magicien d’Afrique. Entouré de son hibou facétieux et taquin, ce gredin complote avec le Génie des Ténèbres, pour retrouver une lampe merveilleuse, garantie d’un pouvoir absolu à quiconque la possède. Apprenant qu’elle se cache dans un pays lointain mais que, seule une main innocente d’enfant peut s’en emparer, notre homme, aidé de son dromadaire (à remontoir) et de son tapis volant, part pour une ville où fleurissent minarets et jardins merveilleux. Il y rencontre Aladin, un garçon pauvre vivant avec sa mère, l’amadoue et l’entraîne dans sa quête de la lampe merveilleuse…

Il était une fois….
Destiné avant tout à un jeune public, de part son histoire, son humour et ses chansons, Aladin et la lampe merveilleuse débute, comme tout conte qui se respecte, par un « il était une fois », en voix off. Réalisé en 1969, ce long métrage n’anticipe nullement l’arrivée sur les écrans des séries japonaise mais propose une bulle d’espace-temps hors des contraintes de son époque. Faussement naïf et moins pédagogique, ce voyage exotique diffère de Jeannot l’intrépide pour devenir prétexte à une explosion de couleurs, de formes et d’audaces visuelles. Comment oublier, ou rester insensible, devant le Jardin aux mille merveilles que visitent Aladin et le Magicien ? Son bestiaire, sa composition rappellent à la fois les miniatures de tradition orientale et un tableau du Douanier Rousseau. L’arrivée des génies, les changement d’espace (la grotte/la maison d’Aladin), donnent lieu à des collages, des superpositions très artisanales, qui ne sont pas sans liens avec les recherches formelles des surréalistes ou l’écriture de Paul Grimault (Le roi et l’oiseau). Une sensation amplifiée par l’utilisation d’une perspective faussée pour les villes ou de simples aplats aux tons pastels pour les palais. Une idée brillante qui trouva un écho tardif dans un autre film d’animation, Azur et Asmar (2002) de Michel Ocelot.


Enivrant, Aladin et la lampe merveilleuse est un spectacle extraordinaire avec un soin tout particulier apporté aux personnages et à leur évolution. Jean Image ne se contente pas d’une opposition bien/mal. En ce sens il reste assez fidèle au conte, le Magicien étant, sous ses motivations intéressées, source de lumière donc de connaissances pour le jeune et espiègle Aladin apprenant par exemple, que la convoitise est mauvaise conseillère. Un apport crucial dont il saura faire bon usage par la suite. Loin des effets 3D et de la surenchère technologique, cette rêverie fantastique ravira petits et grands qui pourront y voir un lien avec les créations du studio japonais Ghibli et par là mesurer toute l’ambition de Jean Image, celle de penser le dessin animé comme un langage universel.

Patrice Chambon

Publicités

Entry filed under: Carlotta, Cinéma d'animation, Cinéma français, Critique. Tags: , , , , , .

Carte des sons de Tokyo : Isabel Coixet (2010) 5e édition du festival Zoom Arrière : Ave Peplum !

7 commentaires Add your own

  • 1. GUERMANY  |  février 21, 2011 à 11:58

    BONJOUR, jador ce film de jean image est je suis a la recherche du dvd si il est en vente merci pour votre reponse

    Réponse
    • 2. Patrice Chambon  |  février 22, 2011 à 9:49

      Bonjour,

      le DVD d’Aladin et la lampe merveilleuse, n’est pas encore en vente, mais seulement visible en salle. Il devrait normalement être disponible d’ici 5 ou 6 mois, si tout se passe bien, mais à ce jour, aucune date n’a encore été avancée par l’éditeur.

      Patrice « Klr-Obscur »

      Réponse
  • 5. Jean Image en DVD chez Carlotta « Klr-Obscur  |  novembre 5, 2011 à 2:13

    […] Aladin et la lampe merveilleuse (1969) sera ainsi accompagné de Joe chez les fourmis (1962– Couleurs – 82 mn), une série télévisée de Jean Image & Denis M.G. Boutin. […]

    Réponse
  • 6. Faten Guermany  |  novembre 7, 2011 à 8:41

    merci bien pour l’info

    guermany faten

    Réponse
  • 7. ilyes  |  septembre 13, 2013 à 12:01

    cest bien

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Articles récents

Archives


%d blogueurs aiment cette page :