Bruegel, le moulin et la croix : Lech Majewski (2011)

décembre 31, 2011 at 10:47 Laisser un commentaire

Drame historique, Pologne, Suède

Réalisation : Lech Majewski
avec Rutger Hauer, Charlotte Rampling, Michael York

Date de sortie : 28 décembre 2011

Distribution : Sophie Dulac Distribution

Ahurissant et sublime, Bruegel, le moulin et la croix de Lech Majewski plonge au cœur d’un tableau flamand pour en extraire les secrets de sa composition.

Plastiquement somptueux, ce nouveau long métrage du réalisateur polonais Lech Majewski –également photographe, poète, écrivain, metteur en scène de théâtre et d’opéra reconnu – surprend par son audace et l’ampleur de son propos. Pensé comme un véritable tableau vivant, il donne littéralement vie à une célèbre huile sur toile de Pieter Bruegel, « Le Portement de Croix », peinte en 1564. Sa particularité : une taille réduite, en comparaison de la densité des scènes qui s’y déroulent. Malgré ses 1,70 m sur 1,24 m, pas moins de 500 personnages, certains d’à peine un millimètre, s’y pressent en direction du Golgotha. Aujourd’hui exposée au Kunsthistorisches Museum à Vienne, l’œuvre, qui relate un épisode de la Passion du Christ avec en fond la chronique tourmentée d’un pays en plein chaos, nécessite l’usage d’une loupe pour en parcourir les détails. Grâce à Lech Majewski, pas besoin de verres grossissants, les personnages ont pris taille humaine. Un long et lent travelling latéral à droite puis à gauche permet de saisir tout l’espace de la toile et d’en entrevoir l’immense profondeur de champs. Le générique s’ouvre alors et l’on entre dans le tableau pour suivre le parcours d’une douzaine de personnages, l’espace d’une journée, au temps des guerres de religions. Leurs histoires s’entrelacent, en silence, dans les vastes paysages peuplés de villageois et de cavaliers rouges. Parmi eux Bruegel (Rutger Hauer), son ami le collectionneur Nicholas Jonghelinck (Michael York) et la Vierge Marie (Charlotte Rampling).

Toile d’araignée. Le cinéma et la peinture ont souvent entretenu des rapports étroits, mais Bruegel, le moulin et la croix offre une dimension supplémentaire. Pas de biographie, ni de pinceaux en action, mais une réflexion sur l’art de composer, de tisser pour capturer le regard du spectateur dans sa toile. Or, « Le Portement de Croix » reste énigmatique. Pourquoi le peintre a-t-il dissimulé la figure du Christ ? Pourquoi donner une telle importance à un moulin ? Pourquoi cette Passion au XVIe siècle ? C’est cela qui a conduit l’historien d’art Michael Gibson a analyser le tableau dans « The Mill and The Cross ». Cet essai a servi de basse à ce long-métrage contemplatif qui a su renouveler la façon de parler d’art au cinéma. Pionnier d’une nouvelle technique, parfois inaboutie, mêlant prises de vues réelles, 3D, reproduction de toiles peintes et images de synthèses, Lech Majewski nous invite dans un tableau où des personnages peints, incarnés par des acteurs tout en retenus, s’animent et dramatisent l’intrigue. Les cadres se meuvent, le temps se dilate et des sons s’échappent de la toile. Le peintre décrypte le symbolisme de son tableau et de sa composition à l’aide d’esquisses. Jamais ennuyeux, ni pompier, Bruegel, le moulin et la croix prolonge le plaisir éprouvé devant la série Palette d’Alain Jaubert et conclut l’année sur une merveille d’ingéniosité.

Patrice Chambon

Publicités

Entry filed under: Cinéma polonais, Critique. Tags: , , , , .

Le Havre : Aki Kaurismäki (2011) Meilleurs Vœux et …

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Articles récents

Archives


%d blogueurs aiment cette page :