Ernest Borgnine (1917-2012), la mort d’un grand d’Hollywood

juillet 15, 2012 at 3:19 Laisser un commentaire

Né le 24 janvier 1917 à Hamden dans le Connecticut, l’acteur américain s’est éteint le dimanche 8 juillet à Los Angeles.

Âgé de 95 ans, Ernest Borgnine s’est aussi bien illustré au cinéma qu’à la télévision, en incarnant des durs à cuire inoubliables. Longtemps sous estimé et cantonné à des seconds rôles, il n’en restait pas moins l’un des derniers grands acteurs de l’âge d’or du cinéma américain des années 1950.

Né dans une famille d’origine italienne, Ernest Borgnine débute sa carrière cinématographique en 1951 avec un petit rôle dans The Whistle at Easton Falls de Robert Siodmak. Puis en 1953 il incarne le sergent Judson, personnage violent et cruel, dans Tant qu’il y aura des hommes de Fred Zinnemann.
En 1954, il enchaîne trois films : Un homme est passé de John Sturges, Vera Cruz de Robert Aldrich et Johnny Guitare de Nicholas Ray, qui vont l’imposer comme l’un des « méchants » d’Hollywood.
Petite parenthèse en 1955, où il déploie une nouvelle facette de son talent en campant un boucher timide et amoureux dans la comédie romantique Marty de Delbert Mann. Grâce à cette performance il empoche l’Oscar du meilleur acteur. La même année, il joua un fermier amish agressé par des bandits dans Les Inconnus dans la ville de Richard Fleisher, avant de retrouver ses personnages de « dur », notamment dans Les Vikings (Richard Fleisher, 1958), Les Douze Salopards (Robert Aldrich, 1967) ou L’empereur du Nord (Robert Aldrich, 1973) face à Lee Marvin.

Mais son rôle le plus célèbre reste celui du pistolero Dutch dans La Horde sauvage (1969), western crépusculaire et sanglant signé Sam Peckinpah.

Si les années 70 et 80 lui donnent de petits rôles, souvent référentiels : il apparaît ainsi en chauffeur de taxi guidant Snake dans New York 1997 de John Carpenter, les jeunes générations se souviennent du visage d’Ernest Borgnine pour son rôle de mentor du héros de la consternante série télé Supercopter (1984 à 1986). La télé a su utiliser à merveille son sourire et sa bonhomie. Il a ainsi participé à La petite maison dans la prairie (saison 1), La croisière s’amuse, Future Cop ou La flotte se mouille. A 92 ans, il tournait encore pour la télé et décrocha une nomination aux Emmy Awards pour son rôle dans le dernier épisode de la série Urgences en 2009.
Sa filmographie ne compte pas moins de 140 films.

L’empereur du Nord – Robert Aldrich (1973)

Publicités

Entry filed under: Cinéma américain, Nos chers disparus. Tags: , , , , , , .

Les sorties de l’été Carlotta Films Disparition de l’actrice Isuzu Yamada (1917-2012)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Trackback this post  |  Subscribe to the comments via RSS Feed


Archives


%d blogueurs aiment cette page :